Lettre N°13
www.centre-bethanie.org
 
envoyer la lettre à un ami
archives
imprimer

cliquer pour agrandir

Mars 2005

C
hers Amis,

Dans notre dernière lettre, nous avons abordé les moyens de la vie spirituelle. Si vous pratiquez assidûment la prière, comme nous l’avons suggéré, vous constaterez vite qu’elle est moins un «moyen» qu’une relation. Quelqu’un, le Vivant, a fait irruption dans notre vie. C’est peu à peu toute une atmosphère qui se crée, en vous et autour de vous, la manière même d’être et de vivre se transforme profondément. La vie, l’instant présent, comme révélateur d’une présence est à l’œuvre. Alors, au cœur de l’ordinaire et de l’ennui, la nouveauté absolue est possible !

Mais, dans ce contexte, le plus grand péché, disent les Pères du Désert, c'est l'oubli de Dieu. Il n'y a donc qu'un problème sur le Chemin spirituel: comment rester toujours conscient de Lui. Là est le seul moyen pour progresser à chaque instant.

Alors le grand enjeu de ma vie, ce n'est pas de faire ceci ou cela, de me perdre dans les multiples tâches quotidiennes et finalement de perdre ainsi ma vie elle-même, mais de rencontrer à l'intérieur de toutes mes activités successives, au coeur de toutes les situations et au coeur de chaque événement Dieu qui m'y attend. Pourquoi est-Il là? Qu'attend-Il de moi? Comment se fait-il que je vive comme s'Il n'existait pas? Et vivre ainsi, n'est-ce pas une énorme illusion sur ce qu'est en réalité la vie? Peut-être alors n'ai-je jamais réellement découvert ce qu'est la formidable joie d'être à la minute présente?
Se poser ces questions quotidiennement, c'est examiner de près son existence. Par là seul, notre conscience s'éveille et peut-être illuminée jusqu'à un tout autre plan, encore totalement inconnu de moi. Comment arriver à percer vers cette Vie de la vie, qui nous permet d'être en plénitude? La Tradition universelle de l'humanité répond : par l'examen régulier de la conscience.

La démarche concrète depuis les Pères du désert jusqu'à saint Ignace de Loyola s'est précisée en cinq points essentiels

1) Rendre grâce pour les bienfaits reçus dans la journée. On ne saurait trop insister sur l'importance de cette attitude fondamentale qui est le commencement de tout vrai discernement. Nous avons reçu l'Esprit et ses dons, c'est un esprit de joie que l'on étouffe si on est toujours mécontent de soi, des autres et de sa vie. La joie, la gratitude devraient être l'atmosphère générale de mon âme, toujours à renouveler, à réveiller, à approfondir ! Mais ensuite, il faut rendre grâces pour les dons concrets et personnels de la journée écoulée. Rien ne va de soi et rien ne m'est dû : la lumière, la santé, l'air que je respire, le rire d'un enfant, la joie d'une épouse, la poignée de main d'un collègue, mon travail, ma maison... etc.

2) Demander à Dieu la lumière pour connaître les mouvements qui m'ont conduit. Essayer dans la prière, de lire à travers nos sentiments, désirs, répugnances, pulsions ou blocages quels sont les signes que l'Esprit me fait, comment Il me conduit, vers quoi Il m'attire continuellement. C'est un fil rouge qui traverse toutes nos activités et se trouve en dessous de notre vie psychique, nos mouvements de l'âme. Il s'agit d'un discernement qui s'affine toujours plus.

3) Revoir mes pensées, mes paroles et mes actions. Non pas une révision de détail, mais la prise de conscience, dans la lumière de la foi, de ce qui m'est arrivé, à moi et en moi lors de cette journée. La question essentielle est: comment le Père m'a-t-il engendré aujourd'hui (Ps 2,7) de pensée en pensée, d'acte en acte? Quel travail Dieu a-t-il accompli en moi? C'est là, au coeur même de notre affectivité spontanée que Dieu nous meut et traite avec nous de façon la plus intime. Ces motions sont à passer au crible pour discerner de quel esprit elles viennent. Peu à peu j'apprends à écouter et à sentir en tout instant comment Dieu frappe à ma porte: l'amour se joue minute après minute en des actes bien précis...

4) Demander pardon à Dieu. L'enjeu ici c'est d'apprendre toujours plus que nous sommes des pécheurs pardonnés. Rien n'accroît plus la louange que cette connaissance... Demander à Dieu de me pardonner mes multiples trahisons de l'amour. Pardonner aux autres, les aimer comme ils sont. Pardonner aux événements qui me sont contraires, accepter, serait-ce l'inacceptable, aimer (c'est-à-dire bénir) mes ennemis sous quelque forme qu'ils m'apparaissent.
Progressivement le pardon ponctuel mène à l'état de pardon, l'ego disparaît peu à peu avec la tyrannie des émotions, une égalité d'âme commence à naître et peut-être un jour l'impassibilité (apatheia), signe d'une suprême liberté et d'une joie non dépendante des événements extérieurs.

5) À la lumière du discernement que l'on vient de faire, comment est-ce que je vois l'avenir? Laisser vivre en moi l'attitude que je voudrais avoir le lendemain, au travail, dans telle circonstance ou telle rencontre... Puis me confier à Dieu et m'abandonner à Lui. C'est Lui qui va vivre en moi.
L'examen de conscience nous unifie parce qu'il éprouve notre désir profond. Tout est là! Il n'a de sens que pour celui qui veut progresser. C'est pourquoi les grands saints tenaient à l'examen plus qu'à la prière... Il est possible pour eux de réduire le temps donné à la prière si cela est nécessaire, mais jamais de laisser tomber l'examen !
On fera l'examen de conscience le soir, mais il est très fécond d'en faire un bref rappel au milieu du jour, où en un clin d'oeil on regarde le point sur lequel l'effort spirituel aura son intensité maximale: tel défaut ou telle attitude fondamentale que l'on veut adopter.

Grâce à ce travail, l'examen devient un état presque continu de vigilance : une garde du coeur telle qu'il ne s'y glisse pas le moindre mouvement déréglé sans que l'on ne s'en aperçoive et qu'on ne le corrige aussitôt (Père Lallemant). On devine que dans ce recueillement vers l'intérieur, vigilance et prière perpétuelles sont tout un...

Que l’Esprit Saint nous donne la grâce afin que ce « moyen » soit un levier pour soulever la prière de nos tombeaux scellés !

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

 

Texte d’un Père à méditer :


Sois le portier de ton cœur et ne laisse aucune pensée entrer sans l’interroger ; interroge-les une à une, et dis-leur : « es-tu de notre parti ou du parti de nos adversaires ? » Et, si elle est de la maison, elle te comblera de paix.

Evagre le Pontique,
moine au désert d’Egypte, disciple de St Macaire le Grand (346-399).


Prière

O Dieu, aide-moi à prier, et à élever mes pensées vers Toi,
seul je ne peux le faire.
En moi, tout est sombre, mais en Toi est la lumière.
Je suis seul, mais Tu ne m'abandonnes pas, le secours est en Toi;
je suis inquiet, mais la paix est en Toi.
En moi habite l'amertume, mais en Toi la patience;
je ne comprends pas Tes voies, mais Toi Tu connais mon chemin ! (...)
Esprit-Saint, donne moi la foi qui sauve du désespoir et de la tentation.
Donne-moi l'amour de Dieu et des hommes qui efface toute amertume et toute haine;
donne-moi l'espérance qui délivre de la peur et du découragement.

Dietrich Bonhoeffer
(théologien protestant allemand (1906-1945) mort en camp de concentration pour avoir lutté contre les nazis au nom de sa foi.)


Informations :

POUR ALLER PLUS LOIN :

La revue « LE CHEMIN » N° 66 va paraître, à son sommaire :

Jeûner pour expérimenter le Christ par Alphonse Goettmann
De l’âme à l’esprit par Mgr Jean de Saint-Denis
La vie chrétienne selon Saint Paul (suite) par Marc Ménestret
« Remets-nous nos dettes comme nous remettons aussi à nos débiteurs.» par Rachel Goettmann
Saint Benoît de Nursie par Roland Epin
Iconographie et icônes d’Egypte par Ashraf et Bernadette Sadek

Sur demande à Béthanie, Prix : 10 euros, franco de port

RETRAITE SPIRITUELLE :

Dernières inscriptions pour la retraite spirituelle consacrée à saint François d’Assise. Réflexion, prière et solitude autour des grands axes de sa vie et des textes fondateurs, sur les lieux où il les a vécus. Du 6 juillet au 13 juillet 2005.
Pour toute information et inscription, s’adresser dès maintenant à Béthanie.


Sessions en cours à Béthanie

Du 25 au 28 mars : thérapie des maladies de l’âme; découvrir ces passions qui nous empêchent de vivre pleinement et les remèdes pour en guérir info

Du 1er au 3 avril : Le Couple : Accordance-Discordance-Transcendance info

Du 13 au 17 avril : Calligraphie des Lettres Hébraïques info

Du 14 au 17 avril : Une Thérapie divine : le Pardon info

Du 27 au 1er mai : Semaine Sainte et Nuit Pascale à Béthanie (selon le calendrier orthodoxe) info

nous contacter
envoyer la lettre à un ami
télécharger la lettre en pdf
télécharger la lettre en zip
imprimer la lettre