Lettre N°14
www.centre-bethanie.org
 
envoyer la lettre à un ami
archives
imprimer

cliquer pour agrandir

Avril 2005

C
hers Amis,

Lors de nos deux dernières lettres, nous avons mis en place les piliers de toute vie spirituelle, sans lesquels celle-ci n’existerait pas : la prière et l’examen de conscience. Vient maintenant la question de leur contenu : que vise d’abord la prière et que vérifie le regard clair sur soi ?

Notre vie en Christ, bien-sûr, car « vivre, c’est le Christ », quoi que nous fassions. Il s’agit de s’ouvrir à la plénitude de joie (Jn15,11) et à la surabondance de vie (Jn10,10) que le Christ veut nous donner. Vivre ici et maintenant comme des ressuscités et en être les témoins, voilà notre vraie condition.

Or le levier de cette vie foncièrement nouvelle et de cette foi, c’est la louange, l’action de grâce. La louange, c’est la foi en action, la pratique au quotidien. Bénissez, dit saint Pierre, car c’est à cela que vous avez été appelés ! (1P3,9). Dans la Bible, en effet, bénir Dieu, bénir tout être et toutes choses, bénir tout ce qui arrive, c’est la manière même de vivre, et ne pas le faire c’est mourir. La vocation de l’homme est là, il n’y en a pas d’autre ! Cette jubilation de la conscience est le tout du chemin.

Nous détenons là le grand secret du bonheur, celui de Dieu lui-même. Il suffit d’ouvrir les premières pages de la bible pour voir que Dieu se manifeste en bénissant : Dieu bénit tout ce qu’Il fait. Cela veut dire qu’Il remplit toute la créature, jusqu’au moindre brin d’herbe, de sa Présence et de son Amour. D’ailleurs nous le chantons souvent : Toi qui es partout présent et qui remplis tout. Et Dieu demande à l’homme en retour de bénir tout ce avec quoi il entre en contact , à chaque instant.

Quand nous faisons cela, nous ne sommes plus entourés d’objets, d’événements, de situations ou de personnes, mais tout à coup une relation vivante s’ouvre entre nous et ce Quelqu’un qui est derrière tout. Celui qui regarde dans cette foi-là, lève le voile des apparences pour une Rencontre et atteint à tout moment le fond des choses. Sa conscience est illuminée par la louange incessante et il appréhende ainsi la transparence de tout ce qui l’entoure. C’est au sens propre une transfiguration : il voit la véritable Figure de la réalité, le Visage de Dieu en tout, même si, parfois, ce Visage est ensanglanté…

Ainsi donc, par le baptême, je suis ce prêtre qui se tient debout au coeur du monde : je reçois le monde des mains de Dieu et je l’offre à Dieu, je reçois la grâce divine à travers tout et je rends grâces pour tout en bénissant. La vie alors est une célébration, une « liturgie cosmique », qui transforme la vie en une Vie en Dieu, en communion permanente. C’est une eucharistie universelle, c'est-à-dire une action de grâces, une relation de gratitude d’instant en instant.

Ce regard contemplatif, qui prend ses racines dans le coeur de l’homme et va au coeur des choses, cette immense joie de voir que Dieu est Dieu et la louange qui en est l’expression, apparaissent dans tout l’Ancien Testament : Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sans cesse en ma bouche (Ps34,2). Le peuple hébreu vit, marche, ne respire que sous le rayonnement de cette gloire. On savait qu’au milieu de la louange, Dieu révèle sa Face (Ps22,4). C’est pourquoi on ne cessait d’exhorter à être joyeux, car la Joie est un nom de Dieu qui le rend présent. Quand on la laisse pénétrer en soi, lorsqu’on vibre au chant et à la louange, alors il y a une connaissance par vibration, par connaturalité. Toute vie spirituelle authentique est caractérisée par cet émerveillement. Celui qui ne vit pas avec la Joie au coeur n’a pas l’expérience de Dieu. En ta présence plénitude de joie, dit un Psaume (16,11) et un autre : Mon bonheur c’est d’adhérer à Toi (Ps19).

Aussi saint Paul dira-t-il avec force que le péché capital est de n’avoir rendu à Dieu ni gloire ni action de grâces (Rom.1,20). Pourquoi ? Parce que la louange ou l’action de grâces nous rapprochent le plus de Dieu. Le Christ était un être de bénédiction, Il était le « Béni » en personne. Sans cesse Il rend grâces, même devant la mort (Jn11,41). L’action de grâces est un extraordinaire lâcher-prise, elle nous libère des conditionnements et permet alors à Dieu d’être Dieu. A Lui rien n’est impossible (Lc1,37) et le miracle peut jaillir à chaque instant.

En laissant vivre le Christ en nous, ses mœurs s’inscrivent dans notre vie. Par la communion, Il devient chair de ma chair, sang de mon sang (Saint Grégoire Palamas) ; cela veut dire que la substance même de mon être est d’essence eucharistique, tout comme pour le Christ! La louange, l’action de grâces, me sont constitutives. Cette union intime au Christ est la réponse à toutes nos questions, elle illumine toute notre existence et la renouvelle de fond en comble.

Il faut commencer, s’exercer inlassablement et recommencer sans cesse, jusqu’à ce que devienne notre attitude profonde et transforme même nos réflexes : « Bénis soi-Tu, Seigneur ! » à propos de tout ce qui arrive, ou d’autres mots brefs : « Halleluya ! », « Gloire à Toi, Seigneur ! », « Je te rends grâces, Seigneur, pour ceci ou cela… », « Merci, Seigneur ! »… Il y a aussi des versets merveilleux de Psaumes que l’on peut répéter, par exemple : Mon âme, bénis le Seigneur et que tout ce qui est en moi bénisse son saint Nom ! (Ps 103,1).

Nous nous dirons, lors de notre prochaine lettre, que nous ne sommes plus les mêmes : « Dieu existe, je l’ai rencontré ! ».

A bientôt, avec toute notre affection !

Père Alphonse et Rachel

 

Texte d’un Père à méditer :


Si quelqu’un prétendait vous indiquer le chemin le plus court et le plus sûr qui conduit au bonheur et à la sainteté, il devrait vous conseiller comme règle de vie, de remercier et de louer Dieu pour tout ce qui vous arrive. Car il est certain que, quelle que soit l’adversité rencontrée, vous la transformerez en bénédiction si vous louez et remerciez Dieu pour cette épreuve.

William LAW (XVIII°s)


Prière des trois jeunes gens dans la fournaise

Alors ces trois hommes, comme d’une seule bouche, louaient, glorifiaient et bénissaient Dieu dans la fournaise, en disant :

Béni sois-Tu, Seigneur, Dieu de nos pères, béni sois-Tu, exalté à jamais.
Béni soit ton nom, glorieux et saint, béni soit-il, exalté à jamais.
Béni sois-Tu dans ton temple glorieux et saint, loué par-dessus tout, glorifié à jamais.
Béni sois-Tu sur ton trône royal, chanté par-dessus tout, exalté à jamais.
Béni sois-Tu, qui sondes les abîmes et qui sièges sur les chérubins, loué par-dessus tout, exalté à jamais.
Béni sois-Tu au firmament des cieux, chanté par-dessus tout, glorifié à jamais !
Bénissez toutes le Seigneur, œuvres du Seigneur, louez-le, exaltez-le à jamais !
Anges du Seigneur, bénissez le Seigneur, louez-le, exaltez-le à jamais !
Cieux, bénissez le Seigneur, louez-le, exaltez-le à jamais !
Eaux qui êtes sur les cieux, bénissez le Seigneur, louez-le, exaltez-le à jamais !
Puissances du Seigneur, bénissez toutes le Seigneur, louez-le, exaltez-le à jamais !

(Daniel 3,51-55)


Information

Du 6 juillet au 13 juillet 2005, nous ferons une retraite spirituelle avec Saint François à Assise. Pour ceux qui hésiteraient encore, c’est maintenant le dernier moment pour s’inscrire ! Nous ne remuerons pas l’histoire du 13°siècle et ne ferons pas d’archéologie, mais essayerons de prendre feu au contact de cet être hors normes…Peut-on vivre autrement ? Avons-nous aussi accès à ce que François appelait « La Joie parfaite » ?

Sessions en cours à Béthanie



Du 13 au 17 avril : Calligraphie des Lettres Hébraïques : écrire la Lettre, la danser, la respirer et la chanter, c’est illuminer la profondeur de notre inconscient. info

Du 14 au 17 avril : Une Thérapie divine : le Pardon : l’homme ne guérit réellement qu’en Dieu. Cette thérapie divine nous fait naître à la liberté et à la joie de vivre. info

Du 6 au 8 mai : La voie des Psaumes : la psalmodie devrait être notre pain quotidien. Chanter Dieu, c’est ce qui sauve l’homme et le libère de tous ses conditionnements. info

Du 27 avril au 1er mai : Semaine Sainte et Nuit Pascale à Béthanie (selon le calendrier orthodoxe) C’est le sommet de l’Année Liturgique dans la splendeur des célébrations orthodoxes. Découvrir et expérimenter en Christ le sens dernier de la souffrance et la dimension pascale de l’existence. Tout est Joie, tout est Lumière ! info

nous contacter
envoyer la lettre à un ami
télécharger la lettre en pdf
télécharger la lettre en zip
imprimer la lettre