Lettre N°16
www.centre-bethanie.org
 
envoyer la lettre à un ami
archives
imprimer

cliquer pour agrandir

Juin 2005

C
hers Amis,

Dans notre dernière lettre, nous vous avons invités à vous accorder au Christ par le chant quotidien des Psaumes. Si vous êtes fidèles à cette pratique, vous entendez sans doute déjà que « cela » chante au fond de vous. Une percée commence à se faire vers le Son au-delà de tout son, le Verbe de Dieu qui a établi sa demeure dans votre profondeur. Et plus vous avancez dans ce mystère, plus vous aurez la secrète nostalgie de connaître son Visage et de vivre dans son rayonnement. Vient alors le moment d’ouvrir l’Evangile et d’en lire tous les jours un petit passage. C’est ce que la tradition appelle : « Lectio Divina », lecture divine, savoureuse, de la Parole de Dieu. Elle ne doit jamais faire défaut de votre « Ordo » journalier ! Pas plus que pour les Psaumes, il n’est question ici de quantité…Si l’on n’a pas le temps, on lit un verset et on l’emporte avec soi. On le rumine toute la journée et il pénètre jusqu’à la moelle des os…Le but est atteint !

Nous sommes dans la logique de l’Incarnation du Verbe : la Parole devient chair en nous, elle nous féconde, nous modèle et fait germer en nous une renaissance. Nous acquerrons peu à peu l’Esprit du Christ et alors nous pensons, parlons et agissons en Lui, comme Lui. En naissant ainsi au Christ, nous naissons à notre propre identité, car le noyau de notre être et l’être du Christ sont identiques. Nous sommes créés à chaque instant « à son image » pour lui devenir toujours plus « conforme », dit la Bible. C’est ce processus qui est le tout du Chemin.

Vivante, en effet, est la Parole de Dieu, efficace et plus incisive qu’aucun glaive à deux tranchants, elle pénètre jusqu’au point de division de l’âme et de l’esprit, des articulations et des moelles, elle peut juger les sentiments et les pensées du coeur, dit l’Epître aux Hébreux (4,12). La Parole est donc une puissance créatrice, mais aussi une puissance de restauration : elle nous sauve et nous guérit, elle combat les passions et s’offre à nous comme le plus merveilleux instrument de progrès spirituel, un remède contre tous les maux, bien supérieur à tous les autres…

Quelles sont les conditions d’une lecture féconde de la Parole de Dieu ?

1. Invoquer l’Esprit Saint avant de lire le texte. Toute la Tradition l’enseigne : dès que j’accueille le Verbe dans la prière, l’Esprit me le rend intérieur et m’en communique l’expérience. Il fait de la Parole un sacrement, elle devient chair en moi. Sans l’invocation de l’Esprit Saint, il ne se passera jamais rien ; le texte ne sera qu’une relique d’un passé définitivement révolu…

2. Après la prière vient alors le temps de la lecture elle-même. Il est important de se fixer et l’heure de la lecture et le laps de temps qu’on lui consacrera. Cette discipline fait partie de l’ascèse et ouvre déjà le coeur au don de soi. Si le texte est vraiment pour moi une Présence, ce temps est alors un rendez-vous. Qui oserait le manquer ?

3. Un temps déterminé, mais aussi un passage déterminé. Une bonne méthode de lecture consiste à suivre le calendrier liturgique au jour le jour, ce qui permet d’épouser les mystères qui se déploient tout au long de l’année : Noël, Pâques, Pentecôte…etc. Ou tout simplement lire l’Evangile du début à la fin, tous les jours un peu, et recommencer indéfiniment. Cela fait naître une familiarité avec le texte, une intimité avec le Christ, et c’est cela qui importe avant tout. On connaîtra un jour la Parole par coeur et par le coeur…Alors elle nous transforme de l’intérieur et évangélise nos profondeurs.

4. Cela nous amène à la qualité de la lecture. Il faut savoir s’arrêter, puis lire et relire le texte sans arrêt pendant un long temps, le savourer : Si vous demeurez dans ma Parole, dit Jésus, vous serez vraiment mes disciples, vous connaîtrez alors la vérité (Jn 8,31). Saint Grégoire le Grand (VI°siècle) parle de « rumination » et de « mastication » de la Parole jusqu’à ce que notre ventre contienne le Livre et que nos entrailles en soient remplies ! C’était la pratique de tous les Pères. Cela suppose une grande assiduité dans la fréquentation du texte. Sans régularité, il n’y a rien, dans aucun domaine d’ailleurs !
On voit qu’on est ici loin d’une « lecture » habituelle ! La Parole agit vraiment comme l’Eucharistie : on accueille une Présence, il s’agit d’une réelle communion. Lire équivaut à manger la Parole (Ap.10,9) .

5. Mais l’Ecriture ne nous transforme qu’avec notre collaboration. Mettre la Parole de Dieu en pratique, c’est vivre les préceptes et les commandements du Christ. Ce travail sur soi nous fait entrer alors de mieux en mieux dans la compréhension du texte, car nous le connaîtrons par expérience. « Connaître » au sens biblique du terme, c’est-à-dire naître et renaître à des plans de conscience toujours plus profonds, jusqu’à ce que nous soyons un jour totalement solaires, comme le Christ lui-même. Ceux qui vivent cela connaissent des moments d’ivresse inouïe et de ravissement, ils se sentent fou d’amour pour le Seigneur et tout leur être se met à danser d’allégresse : David, la prophétesse Anne, Jean-Baptiste, Marie…et tous les grands familiers de la Parole à travers l’histoire.


Pourquoi pas nous ? Aujourd’hui je commence ! dit un psaume. Souhaitons qu’à notre prochaine missive cette Joie évangélique aura déjà commencé sa visite chez vous…

Avec toute notre affection, à bientôt !
Père Alphonse et Rachel


Texte d’un Père à méditer :


« Notre vie est portée par la Bible comme un bateau est porté par les flots de la mer. Nos racines sont fixées en Dieu. Tel l’homme sur son vaisseau au large ne voit plus que la mer, ainsi celui qui lit, relit, assimile et rumine l’Ecriture, ne voit plus que Dieu en tout et partout : c’est un contemplatif.»

Saint Jean Cassien (IVème siècle)


Psaume 119, 9 -16 (BETH

Comment pour un jeune garder son chemin droit ?
En dirigeant ses pas d’après ta parole.

De tout mon coeur je Te recherche,
ne me laisse pas dévier loin de tes commandements.

J’ai conservé tes paroles dans mon coeur,
pour ne point pécher envers Toi.

Tu es béni, Seigneur,
enseigne-moi par tes commandements.

De mes lèvres j’ai énuméré
toutes les sentences de ta bouche.

Je me suis réjoui à suivre les sentiers de tes témoignages,
comme si je possédais tous les trésors.

J’ai médité tes commandements,
toutes tes voies sont sous mon regard.

Je fais mes délices de tes volontés,
je n’oublierai pas tes paroles.

 

Sessions en cours à Béthanie

 

19 Juin : «fête solennelle de la Pentecôte, descente de l’Esprit Saint sur les Apôtres et les chrétiens de tous les temps. A 10H30 chant des Tierces Solennelles et célébration de la Divine Liturgie, suivie d’agapes fraternelles. info

Du 25 au 26 Juin : « Rencontre avec Abba Thomas », Père du Désert d’Egypte devenu évêque. Un enseignement nouveau et toujours ancien, mais insolite ! info

Information

Pour les Parisiens ou habitants proches de Paris : une exposition d’icônes coptes de Victor Fakhoury se tient à la chapelle du « Forum », 102 Bis, rue de Vaugirard, du 3 au 19 Juin (du Lundi au Vendredi de 12H à 18H et les Samedis-Dimanches de 14H à 20H)
L’iconographe s’inscrit, comme disciple d’Isaac Fanous, son maître, dans le prodigieux renouveau des icônes coptes. Leur splendeur vaut le déplacement ! info



nous contacter
envoyer la lettre à un ami
télécharger la lettre en pdf
télécharger la lettre en zip
imprimer la lettre