Lettre N°23
www.centre-bethanie.org
 
envoyer la lettre à un ami
archives
imprimer

cliquer pour agrandir

Gorze, Février 2006

C
hers Amis,

Ne croyez pas que la vie spirituelle soit compliquée, c’est tout le contraire ! Plus nous sommes loin de Dieu et de notre propre coeur, plus tout se complique et nous devenons des « hommes à problèmes ». Dieu est la simplicité même, et c’est un grand critère de vérification que nous nous rapprochons de Dieu lorsque en nous tout se simplifie.

Tout ce que nous avons dit dans nos précédentes lettres doit nous conduire vers cette unité de la vie, cette grande simplicité, cet effort sans effort. Découverte de cette grande loi de toute vie spirituelle : le non-agir, la détente de la volonté, où il ne s’agit plus de « faire » mais de laisser faire en moi et par moi ce que veut le Christ. Sortie de la dualité et mort progressive de l’ego avec son amas de besoins et de désirs anarchiques qui ne mènent qu’à la souffrance. Désir unique de l’Unique Désiré. Passivité de croissance ou activité passive, le mot est difficile à trouver pour définir ce qui est typique de l’attitude d’abandon où nous collaborons à une œuvre qui nous dépasse complètement. Comme l’instrument est joué par l’artiste, pour reprendre cette image si parlante de saint Irénée, je suis « vécu » par le Christ, le Christ me vit. Et en effet, étant instrument, ma vie devient musique, jeu, par opposition aux crispations volontaires qui secrètent le poison des mauvaises ascèses ; c’est la grâce de l’enfance retrouvée, l’Enfance spirituelle, le chant de l’Etre…qui résonne à travers le lâcher-prise, la confiance, l’ouverture.

Une nouvelle conscience commence à naître, une Force insoupçonnée, totalement inconnue par l’ego d’autrefois, se manifeste et nous anime : « l’homme intérieur » (Eph 3,16), « l’enfantement de l’homme caché au fond de son coeur » (1P 3,4). Car plus le sentir de la Présence s’intériorise, plus nos tensions physiques et psychiques disparaissent, les portes de nos demeures profondes s’ouvrent.

La sensation est comme une vague de la mer qui peut prendre à l’extérieur toutes sortes de formes. Je peux sentir sous mes pieds la terre battue ou bien le roc, le sol plat ou l’inégalité des cailloux, mes mains peuvent, au contact des choses, sentir le chaud et le froid, et mes yeux et mes oreilles définir des formes multiples…Mais comme la vague est reliée à toute la profondeur de l’océan, ainsi la sensation est-elle reliée à l’infini de notre conscience intérieure si je ne m’arrête pas aux formes de la surface lorsque mon pied se pose ou que mes mains touchent, lorsque mes yeux regardent ou que mes oreilles entendent…Le mystère de la Présence ne cesse de s’approfondir pour quelqu’un qui demeure dans cette transparence du sentir en toutes choses et qui s’exerce avec constance jusqu’à ce que cela devienne une seconde nature.

Nous retrouvons ici la grande sève de la tradition mystique du christianisme, où « la foi ne se définit jamais comme une adhésion intellectuelle, mais relève de l’évidence vécue, d’une sensation du Transcendant…, coïncidence foncière de l’amour et de la connaissance… ‘J’appelle l’expérience, dit Maxime le Confesseur, le savoir même en acte qui advient au-delà de tout concept, participation à l’objet, qui se révèle au-delà de toute pensée’ »
(Evdokimov : Orthodoxie).

Et voilà qu’un jour, après peut-être des années d’obstination, la percée se fait, comme un glaive qui pénètre jusqu’au fond : le coeur est pris, touché, littéralement embrasé, le Christ lui-même se révèle…Brûlante « sensation de Dieu » qui envahit tout mon être corps-âme-esprit, mais cette fois à partir de leur centre commun : le coeur, qui est « le corps le plus intérieur dans le corps » (saint Macaire) « l’essence de l’âme » (saint Nicodème), « le temple de l’esprit » (saint Grégoire le Sinaïte), « la racine de tout » (saint Isaac).

Si le coeur régit tous les organes, une fois qu’il est possédé par la grâce, alors celle-ci règne sur toutes les pensées et tous les membres.

Que le Seigneur vous accorde la grâce de ce saisissement, dans la joie de sa Présence intime !

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

Texte d'un Père à méditer :

« Hors du coeur l’homme est sans domicile, mais dans son coeur, il est à la fois chez lui et chez Dieu. »

Saint Jean Chrysostome (IV°siècle)


Prière

Je m’exerce à satiété sur cette vérité fondamentale, jusqu’à ce qu’elle me devienne aussi familière que la perception du relief ou la lecture des mots. Dieu, dans ce que Tu as de plus vivant et de plus incarné, Tu n’es pas loin de moi, hors de la sphère tangible ; mais Tu m’attends à chaque instant dans l’action, dans l’œuvre du moment. Tu es, en quelque manière, au bout de ma plume, de mon pic, de mon pinceau, de mon aiguille, de mon coeur, de ma pensée. C’est en poussant jusqu’à son dernier fini naturel le trait, le coup, le point, auquel je suis occupé, que je saisirai le But dernier auquel tend mon vouloir profond…

Oui, mon Dieu, je le crois : et je le croirai d’autant plus volontiers qu’il n’y va pas seulement de mon apaisement, mais de mon achèvement : c’est Toi qui es à l’origine de l’élan, et au terme de l’attraction dont je ne fais pas autre chose, ma vie durant, que de suivre ou favoriser l’impulsion première et les développements. Et c’est Toi, aussi, qui vivifies pour moi, de ton omniprésence (mieux encore que mon esprit ne le fait pour la Matière qu’il anime) les myriades d’influences dont je suis à chaque instant l’objet. - Dans la Vie qui sourd en moi, et dans cette Matière qui me supporte, je trouve mieux encore que tes dons : c’est Toi-même que je rencontre, Toi qui me fais participer à Ton Etre, et qui me pétris.

Père Pierre Teilhard de Chardin (XX°siècle)


Sessions en cours à Béthanie

Du 18 au 19 février : « A la découverte de l’Amour ». Pour les célibataires et les couples, cet Essentiel, source de toute vie et de toute joie, seul Chemin de guérison. info

Du 10 au 12 mars : «Retraite du Grand Carême». L’indispensable de notre vie : se retirer pour une autre présence au monde. Se rebrancher à notre Source intérieure. info

Du 25 au 26 mars : Découvrir le sens de tout évènement avec le philosophe Bertrand Vergely. Celui qui sait où et comment « faire la volonté de Dieu » détient le secret de la Vie et de la Joie.info

Du 1er au 2 avril : « Trouver sa voix ». Trouver sa voix pour s’exercer à la voie, par l’intimité du souffle et la jubilation du chant.info

Information

APPEL A L’AIDE

Nous vous invitons à un « chantier-peinture en plein air », dans la convivialité et la prière du samedi 29 avril (14h) au lundi 1er mai (14h).

La pension et l’hébergement sont évidemment offerts lors de ce week-end, comme lors des chantiers précédents. Nous vous exprimons déjà notre profonde reconnaissance pour votre aide. Merci d’annoncer votre venue dès que vous le pouvez !



Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en vous connectant à l’adresse http://www.centre-bethanie.org/liste_diffusion.htm et enregistrez votre adresse e-mail.
nous contacter
envoyer la lettre à un ami
télécharger la lettre en pdf
télécharger la lettre en zip
imprimer la lettre