Lettre N°4
www.centre-bethanie.org
   
archives

cliquer pour agrandir

Mai 2004

Chers Amis,

« Christ est ressuscité – En vérité, Il est ressuscité ! », c’est le souhait par lequel se saluent tous les chrétiens orthodoxes depuis Pâques jusqu’à la fête de l’Ascension. C’est la salutation qui remplace le « Bonjour » habituel. Car en reconnaissant le Christ ressuscité en moi et en même temps dans l’autre, je me situe d’emblée au-delà de notre nature fragile, critiquable et toujours passible de jugement, pour aller droit à la racine de notre être, là où notre mystère profond jaillit de Dieu comme le ruisseau d’une source. Je fais de ma rencontre avec l’autre une épiphanie, notre relation devient le haut lieu de la Présence Divine, le surgissement entre nous deux du Grand Troisième.

Tout à coup, tout se met à scintiller alors d’une étrange sorte : l’atmosphère est comme auréolée, les yeux rayonnent du Soleil intérieur, les paroles sont le reflet du Verbe que l’on se communique, et dans ce partage du Pain substantiel nos cœurs peuvent parfois devenir tout « brûlants », comme ceux des disciples sur le chemin d’Emmaüs…

Vivre à partir de là et de cette manière ne dépend que de nous, de notre décision la plus immédiate et personnelle qui commence ici et maintenant. Nous disions dans notre dernière lettre, qu’à Pâques, le Christ introduisait dans l’histoire cette manière radicalement nouvelle de vivre, un style évangélique, non seulement dans la rencontre avec les autres mais aussi dans la manière de faire les choses les plus habituelles et quotidiennes. A partir de la fête de l’Ascension du Christ, cette nouvelle réalité devient la « marque » propre des chrétiens, leur « statut » officiel, ils sont devenus, selon saint Paul, une autre créature, le « vieil homme » en eux est mort !

Lors de son Ascension, en effet, le Christ se rend universellement présent au cœur même de chaque homme. Par la puissance de l’Esprit qui descend à la Pentecôte, Il devient intérieur à tout : désormais le Christ est l’intelligence de mon intelligence, la volonté de ma volonté, l’effort de mon effort, la lumière de mes yeux, la parole de ma parole, le geste de mon geste, le souffle de mes narines,…Il n’y a pas un événement, une situation, un problème, une souffrance ou une mort où Il ne soit descendu. Tout est habité et « tout est rempli de sa Lumière : le ciel, la terre et l’enfer », tous nos enfers, jusqu’au moindre souci…Mais cela, sans violer notre liberté. Il appartient à chacun de s’unir librement au Christ, de devenir un avec Lui, alors il découvre cette dimension extraordinaire de la vie, où l’émerveillement et la jubilation sont sans fin, où l’on sait, avec certitude, qu’on est guidé à chacune de ses pas…

Comme Jésus le fait comprendre à Nicodème (Jn 3), c’est à cet Esprit de Feu qu’il faut renaître. Là est le vrai tournant de notre vie, d’une vie vraiment autre, celle que le Christ nous a apportée. N’a-t-Il pas dit : Je suis la vie ? (Jn 14,6). C’est l’Esprit de la Pentecôte qui nous l’infuse. Nous l’avons reçu en plénitude. La même impulsion inouïe qui retournait les Apôtres nous habite, la même vitalité, la même force capable de tout transformer. Mais il faut quitter les petits royaumes dans lesquels nous nous sommes installés : sécurités, habitudes, jugements hâtifs, façons de penser et d’agir, volonté propre et toutes « ces petites éternités de jouissance »…

L’heure n’est plus aux demi-mesures, mais au suprême témoignage : l’avenir de notre vie, celui de l’Eglise et même de l’humanité se joue sous nos yeux et se trouve entre nos mains…Nous ne pouvons trahir l’Esprit et mettre sa lumière sous le boisseau (Mt.5, 14-16). Chacun, pour sa part, est responsable de la clarté ou des ténèbres qui règnent dans le monde, de la chaleur qui l’embrase ou du froid qui le glace. A moins de nier l’Evangile, Jésus dit encore à chacun de nous maintenant : Lorsque le Saint Esprit descendra sur vous, vous serez revêtus de force et vous rendrez témoignage jusqu’aux extrémités de la terre (Ac. 1,8). Et aujourd’hui, comme au temps de l’Eglise primitive, rien n’est impossible à Dieu (Mt 17,20), pas même les miracles et autres merveilles qu’ils ont faits. Car Il a dit aussi : Je serai avec vous jusqu’à la fin des temps…Vous ferez de plus grandes choses que moi! (Mt 28,20 ; Jn 24,12).

A notre Dieu soit la Gloire pour les siècles des siècles !
Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

Texte d'un Père à méditer :

Un être n’est homme que s’il est mû par l’Esprit Saint.

Saint Grégoire de Nysse (IV°siècle)


Prière à l’Esprit Saint

O Toi qui es chez toi dans le fond de mon cœur,
que résonne Ta voix
dans le fond de mon cœur.

O Toi qui es chez toi dans le fond de mon cœur,
je veux aller vers Toi
dans le fond de mon cœur.

O Toi qui es chez toi dans le fond de mon cœur,
laisse-moi Te rejoindre
dans le fond de mon cœur.

O Toi qui es chez toi dans le fond de mon cœur,
accueille mon offrande
dans le fond de mon cœur.

O Toi qui es chez toi dans le fond de mon cœur,
fais–moi me perdre en Toi
dans le fond de mon cœur.

Sessions en cours à Béthanie

· La session sur le couple du 18 au 20 juin s’inscrit en droite ligne dans le thème de notre lettre. Il s’agit de faire de la vie à deux un chemin spirituel, un passage du psychologique à l’ontologique vers les épousailles mystiques. Sur ce Chemin, chaque difficulté est une invitation et une grâce à s’aimer toujours plus. + info

Abba Thomas, moine du désert et évêque en Haute Egypte, reviendra animer un week-end les 26 et 27 juin. Son enseignement va aux racines de notre Tradition, où l’on peut découvrir à quel point les Pères du désert sont toujours d’une brûlante actualité et une formidable nourriture pour notre vie spirituelle.. + info

Informations

Nous revenons d’un voyage au Caire où nous avons rencontré plusieurs fois Sa Sainteté le Patriarche d’Alexandrie, Shenouda III. Il a accepté de répondre à notre demande d’un dialogue avec lui en vue d’un livre. Ces rencontres étaient pour nous une grâce extraordinaire. Etre en tête-à-tête avec cet ancien ermite des grottes du désert de Scété, qui a traversé maintenant 30 ans de patriarcat et de pastorale auprès des plus riches comme des plus pauvres, proche de son peuple et convivial avec les autres Traditions de son pays, était pour nous un événement bouleversant. Nous espérons que nos entretiens avec lui seront disponibles dans quelques mois…

nous contacter
télécharger la lettre en pdf
télécharger la lettre en zip
imprimer la lettre en ligne