Lettre N°48
www.centre-bethanie.org
 

 

 

 

 

 

 

 
archives
imprimer

Gorze, Mai 2008

C
hers Amis,

Avec la Pentecôte et son immense plage qui va s’étendre symboliquement jusqu’au premier dimanche de l’Avent, commence la phase ultime de l’Histoire, la plénitude des temps, dont le Saint Esprit est le grand Acteur. Cette ère radicalement nouvelle prend la forme d’une prodigieuse aventure.

Déjà Il s’empare des pécheurs de Galilée aux mains calleuse et les transforme en Apôtres, descend sur les premiers croyants et les inonde de dons inconnus, remplit les martyrs de sa Force irrésistible et donne le ton à l’Eglise naissante, sa véritable longueur d’onde, celle d’une joie explosive, d’un enthousiasme jamais vu…

Jésus leur a montré ce qu’est la vie en Esprit. Aucun homme n’a été possédé par l’Esprit comme Lui ! L’Esprit de Dieu repose sur moi, dit-Il dès sa première prédication (Lc 4,18). Or là où est l’Esprit, là est la liberté. C’est l’un des grands thèmes de saint Paul. Le Nom de Jésus signifie en effet : « Sauveur – Libérateur ».

Sous la poussée de l’Esprit Jésus désoriente les plans bien établis, bouscule nos logiques et nos calculs. Face aux forts de ce monde et aux pouvoirs qui oppriment les petits, sa souveraine liberté déclare : Bienheureux les pauvres, les miséricordieux, ceux qui ont faim et soif de justice. Face à une religion où les responsables sont eux-mêmes hypocrites et menteurs, selon la fameuse diatribe que Jésus leur adresse au chapitre 23 de saint Matthieu, une religion où la loi du talion tient encore le haut du pavé et où la haine a droit de cité, Jésus met l’amour au-dessus de tout. Car la liberté est fille de l’amour. Mais le comble de la liberté c’est l’amour des ennemis. C’est la prodigieuse liberté du pardon, amour fou des hommes qui le conduira sur la croix, mais sa mort elle-même est un acte de liberté, puisqu’Il la choisit…Voilà la nouvelle manière d’être qu’inaugure Jésus, une toute autre conception de l’homme. Et c’est l’œuvre de l’Esprit.

Face à l’homme pétrifié dans les lois et les institutions qui tuent la vie, Jésus est d’un anticonformisme absolu. Maître errant, sans argent, sans une pierre où reposer la tête, Il aime les réunions joyeuses et la compagnie des pécheurs, Il manifeste une totale indépendance vis-à-vis de toutes les pressions et contraintes, Il secoue les chaînes de la propriété et des intérêts personnels, la morale des devoirs et des obligations. Jésus défie l’esclavage sur toute la ligne (Mt 5,25 ; 6,20 ; 12,46) Il refuse toutes les exigences inconditionnelles et extérieures qui viennent museler l’Esprit (par exemple Mc2,27). Cette attitude de liberté dans l’Esprit est une menace pour tous les principes et systèmes religieux quels qu’ils soient. Jésus a mis le feu à la loi et a allumé celui de l’Esprit d’Amour. La fin de la loi c’est le Christ (Rm 10,4).

A moins de nier l’Evangile, Jésus dit encore à chacun de nous maintenant : Lorsque le Saint Esprit descendra sur vous, vous serez revêtus de force et vous me rendrez témoignage jusqu’aux extrémité de la terre. Et aujourd’hui comme au temps de l’Eglise primitive rien n’est impossible à Dieu (Mt 17,20) pas même les miracles et les merveilles qu’ils ont faits. Car Il a dit aussi : Je seraI avec vous jusqu’à la fin des temps…Vous ferez de plus grandes choses que moi. Le bras de Dieu se serait-il raccourci ou son amour pris de lassitude ? Il ne nous manque que la foi comme un grain de sénevé pour mettre le feu au monde : là où nous vivons !

Lors de notre baptême et de notre chrismation la même impulsion, la même vitalité, la même force que celle des Apôtres est descendue dans notre cœur et elle s’y trouve toujours ! Nous sommes marqués du même sceau et investis de la même mission. Nous ne pouvons pas continuer à trahir l’Esprit et étouffer la Lumière qui est au fond de nous ! Chacun pour sa part est responsable de la clarté ou des ténèbres qui règnent dans le monde. Là où je vis ? suis-je vraiment porteur de joie et de paix ? La transformation du monde est entre nos mains !

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

 

Prière chantée à la Pentecôte orthodoxe :

« Viens, Lumière sans crépuscule,
Viens Espérance qui veut sauver tous
Viens, Haleine et vie mienne,
Consolateur de mon humble cœur.

Texte à méditer

De l’expérience spirituelle
dépend la modification radicale de l’homme
et l’avenir du monde.

(Père Thomas Merton, moine trappiste américain)

Sessions en cours à Béthanie

Du 17 au 18 mai : « La bénédiction : puissance de guérison ». Bénir tout ce qui est et ce qui arrive, c’est ouvrir et s’accorder au ciel derrière les apparences. C’est faire surgir l’impossible. info 

Du 30 Mai au 2 Juin : « Les mantras chrétiens ». Une méthode universelle et souverainement efficace pour la prière continuelle. Apprendre à passer du psychologique à l’ontologique. info 

Du 7 au 8 Juin : Avec Yves Beaupérin : Approche de la Parole de Dieu par le corps pour l’expérimenter avec le cœur. La mémorisation qui illumine le conscient et l’inconscient. Cliquer pour en savoir plus sur Yves Beaupérin.

Du 21 au 22 Juin : « Apprivoiser la mort». La vraie clé de la vie, c’est de consentir à mourir aujourd’hui même. info 

Informations

Le dimanche 29 Juin nous restaurerons d’une manière festive le pèlerinage autour des reliques de saint Thiébault. Cet ermite du 11ème siècle était un grand thaumaturge et son charisme de guérison a perduré à travers les siècles. Avec lui et dans son esprit nous célébrerons la liturgie selon le rite des Gaules à 10H30, accompagnée de prières de guérison pour l’âme et le corps. Agapes fraternelles. L’après-midi : réjouissances autour de danses, musique et chants.

DES RACINES POUR L’AVENIR,
cultures et spiritualités dans un monde en feu
un livre de Thierry Verhelst, préfacé par Annick de Souzenelle.

Il est des livres dont la lecture émeut en profondeur le lecteur, qui le met en mouvement, corps, âme, esprit. Le présent ouvrage est de ceux-là. Il s’ouvre sur une double interrogation, vitale pour l’avenir de l’humanité et de la planète : choc sanglant des civilisations ? ou dialogue pacifié des cultures ? (…)

Il le fait entre tradition et modernité, localité et mondialité, immanence et transcendance, matérialité et spiritualité, laïcité et sacralité, culturel et économique, féminin et masculin, individuel et collectif, politique et religieux. Entre ? Non, plutôt au-delà.

Aujourd’hui, Thierry Verhelst nous invite à réaliser combien ce réel immédiat peut nous conduire au Réel ontologique si nous en devenons les co-créateurs avec Dieu.

***

Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en ligne.

Si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse.

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE


cliquer pour agrandir

 

 

 

 

 
 


Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en vous connectant à l’adresse http://www.centre-bethanie.org/liste_diffusion.htm et enregistrez votre adresse e-mail.
nous contacter
envoyer la lettre à un ami
télécharger la lettre en pdf
télécharger la lettre en word zippé
imprimer la lettre en ligne