Lettre N°58

Gorze, avril 2009

C
hers Amis,

La Pâque est le centre de la vie du Christ, c’est pourquoi elle est aussi le centre de toute l’Histoire et le centre de notre propre vie à chacun de nous. Le disciple du Christ, le chrétien, est un être littéralement consumé par la joie pascale qui est désormais le phare de son existence, le son juste de sa vie. Le Christ ressuscité irradie toutes choses et, comme disaient les Anciens, même les casseroles scintillent d’une étrange lumière pour qui sait regarder…

Sans cette joie le christianisme lui-même, comme tel, est incompréhensible et l’Eglise inutile. Avec ou sans elle, je peux à chaque instant traduire l’Amour ou le trahir ! C’est pourquoi Jésus demande à ses disciples d’être joyeux de cette grande joie… Peu de chrétiens savent que c’est là même un commandement : Que la joie qui est en moi soit aussi en vous et que votre joie soit parfaite ! (Jn 15,11). Plus que cela, il n’y a pas de sainteté sans joie, elle est vraiment le test que nous sommes sur le Chemin: Soyez joyeux, devenez parfaits (2 Co 13,11), et saint Paul insiste constamment : Réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur, je le répète encore : réjouissez-vous ! Motif : Le Seigneur est proche ! (Ph 4,4).

Notre joie, c’est que Dieu existe, que le Christ est ressuscité et qu’Il soit venu chez nous, dans notre intimité. Dieu est, cela suffit. Se réjouir à plein de ce qu’Il est, Lui, et rendre grâce en tous temps et en tous lieux à cause de Lui-même, c’est poser l’acte le plus élevé du détachement de soi, le plus opposé à l’égoïsme, c’est entrer dans le dépouillement total et ne plus voir que la splendeur de Jésus. Sa beauté nous métamorphose…

Il s’agit de rencontrer la joie comme Personne, elle est Quelqu’un, et l’homme, chacun de nous, ne peut se réaliser que dans la relation avec Lui, en entrant dans sa joie à Lui : Entre dans la joie de ton Maître, dit Jésus (Mt 25,21). Ici réside la nouveauté fantastique du Christianisme. Dieu existe au plus intime de moi-même, parce qu’en Jésus-Christ Il a épousé ma chair et mon sang, et, en descendant dans mes ténèbres et ma mort, Il m’a illuminé par la joie de sa résurrection. Là est mon salut, ma libération définitive. Mais maintenant, il s’agit d’en vivre pleinement à chaque instant. Dans cette seule réalité se trouve la prédication des premiers apôtres, c’est le noyau de leur message, ils n’avaient rien d’autre à annoncer jusqu’aux extrémités du monde (Ac 1,8), mais c’est autour de ce noyau que bascule toute l’histoire de l’humanité et la vie de chacun d’entre nous.

Depuis la venue du Christ dans l’histoire, chaque instant s’ouvre sur une transcendance habitée, la vie éternelle a déjà commencé, le royaume des cieux est en nous (Lc17,21). Dès lors tout doit être imprégné par cette formidable Réalité, et le comportement d’un chrétien ne devrait pouvoir s’expliquer que par là! Sinon il est comme les autres qui n’ont pas cette espérance (1 Th 4,11). Notre joie est faite d’une participation totale, spirituelle et corporelle, à la gloire du Christ ressuscité. Le Seigneur transfigurera notre corps de misère pour le conformer à son corps de gloire (Th 3,21) : il n’y a donc pas même de geste qui ne puisse en rendre compte ; un geste conscient rayonne de cette Présence, c’est dans le Christ, en effet, que nous avons le mouvement, l’être et la vie (Ac 17,28).

L’homme qui a ce Chemin devient une créature nouvelle dans un monde transfiguré (2 Co 5,17). Il est greffé sur le Christ mort et ressuscité (Rm 6,5) et ne s’appartient plus. La source de sa joie est cette Pâque de son Maître d’où il se reçoit à chaque instant pour une vie radicalement autre : Si je vis, ce n’est plus moi, dit saint Paul, mais le Christ qui vit en moi (Ga 2,20). C’est cette joie des profondeurs de son être, que Paul s’arrache pour la partager avec tous les hommes, là est le point incandescent de son Evangile : Soyez mes imitateurs (1 Co 4,16).

Ainsi configuré au Christ par une communion aussi intime, le disciple entre en partage avec la joie du Christ lui-même : sa propre intimité avec le Père ! Le Christ veut nous introduire dans cette relation indicible où nous devenons avec Lui des fils adoptifs (Ep 1,5). Etre fils, cela veut dire, pour nous, être engendrés par la Joie qu’est le Père en personne et qui engendre éternellement le Christ. Là est notre Source de vie, et cette Source se trouve derrière toute vie, de moment en moment, dans notre quotidien. C’est pourquoi l’attitude fondamentale d’un fils qui veut se recevoir du Père est celle d’une constante écoute : il pose l’oreille de tout son être sur l’instant présent et accueille la vie telle qu’elle vient, pour communier totalement à la volonté de Dieu, tout comme Le Christ nous l’a appris par sa propre vie. La qualité et la profondeur de notre joie sont en proportion directe de cette obéissance qui est l’offrande absolue de notre vie à Dieu.

Dans la joie du Christ ressuscité,

avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

Prière

C’est le Jour de la Résurrection : peuples, rayonnons de joie.
C’est la Pâque, la Pâque du Seigneur.
De la mort à la vie, de la terre au ciel, Christ Dieu nous a menés,
chantant l’hymne de la victoire.
(Ode pascale de Saint Jean Damascène)
Texte à méditer
Le vrai Hassid (mystique juif) témoigne que, malgré toutes les souffrances indicibles de la créature, le pouls au coeur de l’être est la joie divine et qu’à tout moment et partout l’on peut pénétrer vers elle. Sans la joie, la vie se dégrade et toutes les maladies s’emparent de l’homme.
(Rabbi Nahmann de Braslov, XVII°siècle)

Sessions en cours à Béthanie

Du 8 au 10 mai : « Une thérapie divine : le pardon » . Au coeur du message chrétien : la libération de nos chaînes et dépendances. Il n’est pas de guérison possible, ni physique ni psychique, pas même de Chemin spirituel sans le pardon. Cliquer pour en savoir plus.

Du 8 au 10 mai : chantier de travail pour l’entretien de Béthanie. Selon vos possibilités, offrez 1 jour ou 3, à vivre dans le service, la convivialité et la prière. Cliquer pour en savoir plus.

Le 17 mai : Fête de la création. A 10H30, Divine Liturgie suivie d’agapes fraternelles. A 15H conférence de Jean-Marie Pelt, président de l’Institut Européen d’Ecologie, sur l’alliance de l’homme et de la nature. Quelles catastrophes pour quel avenir? Cliquer pour en savoir plus.

Du 22 au 24 mai : « La voie des Psaumes ». La psalmodie construit l’homme intérieur, structure le corps, nettoie le psychisme et fait reposer la Parole de Dieu dans le coeur. Une illumination du quotidien. Cliquer pour en savoir plus.

Informations

Pâque à Béthanie
Photos et vidéos http://www.centre-bethanie.org/multimedia_paques_09.htm

Le réseau de Béthanie :
Pour s'inscrire et visiter le réseau vous devez vous inscrire en vous connectant à l'adresse suivante http://bethanie.ning.com/?xgi=fgZefDG
Après votre inscription vous pourrez revenir sur le réseau en utilisant uniquement l'adresse :
http://bethanie.ning.com/

Groupes méditation et prière en France et en Belgique :
http://www.centre-bethanie.org/groupes_priere_meditation.htm

***


Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en vous connectant à l’adresse http://www.centre-bethanie.org/liste_diffusion.htm et enregistrez votre adresse e-mail.


nous contacter
envoyer la lettre à un ami
archives
télécharger la lettre en pdf télécharger la lettre en word zippé imprimer la lettre en ligne