Lettre N°65

Gorze, décembre 2009

C
hers Amis,


Nous voici au cœur de ce merveilleux temps de l’Avent et Noël approche…Pour ceux qui se laissent travailler et en prennent les moyens, c’est un temps de féconde germination. Une nouvelle conscience s’introduit dans l’humanité. Par la chute, elle était tombée dans « l’ombre de la mort », par l’Incarnation elle entre dans « la lumière de la vie ».

En devenant homme, Dieu recrée l’humanité et lui restitue le pouvoir d’éternité. Jésus est « la Lumière du monde », la lumière du sens, désormais chacun de nous sait pourquoi il vit et pourquoi il meurt, et malheur à nous (malheureux sommes-nous) si, malgré sa venue, nous vivons sans motifs ou pour d’autres motifs et restons dans l’enfer de nos peurs et de l’absurdité.

Toutes mes mélancolies, mes insatisfactions, mes ressentiments et agressivités, mon manque de joie… etc. sont les symptômes importants que l’Incarnation du Christ ne s’est pas vraiment réalisée pour moi, l’événement n’a pas labouré et bouleversé ma vie, il reste sur le plan théorique ou intellectuel. Au fond, si Celui qui est la vie n’est pas entré chez moi, si je n’ai pas l’expérience concrète de sa Présence incarnée dans ma chair et dans mon sang, s’Il ne mobilise pas toutes mes énergies et la direction de ma conscience, je ne sais pas encore ce qu’est vivre, je n’ai aucune idée de ce que cela veut dire être heureux et je ne connais pas l’unique programme de ma vie : devenir dieu.

Il faut entrer, durant tout l’Avent, dans cette immense germination, cette extraordinaire gestation de l’histoire enceinte de Dieu, car elle est notre propre histoire, l’histoire de chacun. Nous portons en nous, jusque dans nos cellules cette mémoire ancestrale, l’Ancien Testament décrit les étapes de notre propre croissance spirituelle et quand Noël arrive, c’est l’éternité qui éclate dans le temps, toute l’histoire bascule, désormais l’histoire universelle portera la date de cet événement : 2009 après Jésus-Christ. Mais, ce que l’on oublie plus facilement, c’est que mon histoire personnelle, la plus banale, celle de tous les jours, n’a aucun sens hors de cet événement.

« Sens », au double sens de ce mot, horizontal et vertical, une direction et une profondeur. Cette double réalité est le poids même de l’instant. Les anciens philosophes grecs ne connaissaient pas le mystère de l’instant présent, Platon l’appelait « cette réalité d’étrange sorte, ce soudain inexplicable ». Mais depuis que Dieu en Jésus Christ est entré dans l’histoire, l’instant présent c’est Sa Présence, puisque, comme dit saint Basile, c’est « le surgissement de l’éternité dans le temps, l’instant c’est le point d’attouchement de l’incréé et du créé et de ce qui se passe de l’un à l’autre ».

Regardez bien l’icône de la Nativité : le Christ dans la Grotte est posé exactement sur le point d’intersection de l’horizontale et de la verticale, sur l’intersection de l’éternité et du temps, Il est l’Eternel entré dans l’histoire. Maintenant vivre pleinement l’instant présent, c’est inévitablement être dans sa Présence mystérieuse et approfondir sans cesse sa connaissance et son expérience : là où je suis et nulle part ailleurs, là à cet endroit, en ce moment précis, dans ce que je fais (hormis le péché) se trouve le plus grand des trésors, là, ici et maintenant, au plus profond de ce qui me laisse indifférent, de ce que je méprise, ce qui me fait souffrir ou ce qui me réjouit se trouve la possibilité de la plus haute expérience et de ma plus grande transformation !

Si donc l’instant présent contient le Christ, s’unir à l’instant c’est s’unir au Christ et le connaître, c’est naître à Lui et Lui à nous. Dans cette osmose se trouve ma transformation, c’est le tout du Chemin. Si, de moment en moment, je descends dans la profondeur de l’instant pour m’accorder complètement à ce qui est, à ce qui se présente, le Christ naîtra aussi en moi par les difficultés, la souffrance et la mort jusqu’à ma naissance définitive qui est la résurrection. Noël et Pâques sont toujours inséparablement à l’œuvre en moi, c’est d’une même naissance dont il s’agit, dont Noël n’est que le commencement. C’est pourquoi saint Paul a pu écrire aux Philippiens cette phrase admirable :

« Le connaître, Lui, avec la puissance de sa résurrection, et la communion à ses souffrances, Lui devenir conforme dans la mort, afin de parvenir si possible à ressusciter d’entre les morts (3,10-11).

Ce temps de l’Avent et Noël est donc littéralement la transfiguration du temps qui, par la chute, n’était plus qu’un chaos vide et informe. L’instant présent retrouve sa splendeur paradisiaque avec la venue du Christ ; le temps, le ici et maintenant, redevient une fête, le miracle permanent des fiançailles entre Dieu et l’homme, annoncées par le Cantique des cantiques. La nouvelle naissance, devenir un homme nouveau dépend de la décision immédiate et ferme de notre esprit.

Que Noël soit la libération de la Joie qui sommeille au fond de chacun de nous, sautons hors de cette vieille vie !

avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

 

Texte à méditer

« La joie réside au plus intime de l’âme,
on peut aussi bien la posséder dans une obscure prison que dans un palais »

(Sainte Thérèse de Lisieux)

Prière

« Tard je t’ai aimée, Beauté si ancienne et si nouvelle,
Tard je t’ai aimée.
C’est que Tu étais au-dedans de moi,
Et moi j’étais en dehors de moi !
Et c’est là que je te cherchais ;
Ma laideur se jetait sur tout ce que tu avais de beau.
Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi.
Ce qui me retenait loin de toi,
c’était ces choses qui ne seraient pas si elles n’étaient en toi.
Tu m’as appelé, Tu as crié, Tu as répandu ton parfum,
je l’ai respiré et je soupire après toi ;
Je t’ai goûtée et j’ai faim et soif de toi
Tu m’as touché, et je brûle du désir de ta paix.

Saint Augustin (354-430)

Prochaines sessions à Béthanie

Du 26 au 31 décembre : « Initiation à la méditation et à la sagesse du corps » . Vivre en pleine conscience l’instant présent. Un Chemin de purification et de transformation selon l’enseignement et la pratique de Graf Dürckheim.?
Cliquer pour en savoir plus.

Du 30 au 31 janvier : « Trouver sa voix » avec Gundelinde. Descendre dans le secret de son intimité pour y laisser émerger le son de la Vie.
Cliquer pour en savoir plus
.

Du 30 au 31 janvier : « L’art d’être dans l’instant » avec le Père Francis Dekeyser. Une nouvelle manière d’être dans le quotidien par le corps que je suis.
Cliquer pour en savoir plus
.

Du 12 au 14 février: « La guérison des maladies de l’âme ». Le diagnostic et la thérapie des troubles psychiques vus par la sagesse des Pères du désert. Une psychologie des profondeurs et une ascèse de libération.
Cliquer pour en savoir plus.

Informations

Les entretiens de Béthanie : chaque mois Père Alphonse et Rachel Goettmann s'expriment dans un entretien vidéo sur une thème de leur enseignement.
http://www.centre-bethanie.org/video_entretiens_bethanie.htm

Le réseau de Béthanie :
Pour s'inscrire et visiter le réseau vous devez vous inscrire en vous connectant à l'adresse suivante http://bethanie.ning.com/?xgi=fgZefDG
Après votre inscription vous pourrez revenir sur le réseau en utilisant uniquement l'adresse :
http://bethanie.ning.com/

 

***


Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en vous connectant à l’adresse http://www.centre-bethanie.org/liste_diffusion.htm et enregistrez votre adresse e-mail.


nous contacter
envoyer la lettre à un ami
archives
télécharger la lettre en pdf télécharger la lettre en word zippé imprimer la lettre en ligne