Lettre N°89

Gorze, février 2012


Photos Marc (cliquer pour agrandir)

Chers Amis

Ce mois de février ouvre ses portes au « Grand Carême ». A nouveau devant nous ces quarante jours qui, au sein de la tourmente, nous invitent à faire le point : qui suis-je, quel est le sens, le but de ma vie, comment la remettre dans l’axe de « l’unique nécessaire » ? Aucun progrès n’est possible sans prendre les grands moyens !

Entrer en contact avec le Christ, communier à Lui, donc expérimenter le dépouillement infini de Dieu nous fait prendre immédiatement conscience de la maladie dont nous avons le plus besoin d’être sauvés, qui est notre complicité avec nous-mêmes. Notre perpétuel tourment, notre vraie misère c’est que nous collons à nous-mêmes avec un élan sauvage, d’autant plus sauvage qu’il est plus ou moins conscient. Depuis notre rupture originelle avec Dieu nous avons une naissance naturelle, biologique, nous sommes une chose jetée parmi les éléments du monde d’où nous ne cessons de dépendre, nous ne pouvons subsister sans lui. Alors, dans cette fragilité constamment menacée, nous nous affirmons désespérément comme si nous étions la source et l’origine de nous-mêmes et de l’univers.

Chacun veut être « soi » dans un sens unique, chacun veut être le maître de son destin, chacun veut être irremplaçable. Nous revenons toujours à nous-mêmes, à notre histoire, à notre justification, à nos prétentions, à nos comparaisons avec les autres, en leur défaveur bien entendu ! Et pour nous créer un piédestal. C’est là vraiment le mal radical qui corrompt en nous tout ce qui est possible sur le plan spirituel : cette possession de nous-mêmes par nous-mêmes, qui nous rive à un moi dérisoire, infirme, totalement dépendant et qui n’existe qu’en étant contre, par un orgueil qui défend ses positions.

Cela paraît fou, mais c’est pourtant cela qui constitue la plupart du temps notre histoire et qui en tisse chaque instant. Le sentiment du « m’as-tu-vu » nous accompagne à tout moment comme « l’ombre en plein soleil ». C’est notre état pathologique permanent, ce besoin maladif d’être reconnu, à l’absence de Dieu se substitue la présence d’un moi obsédé de soi-même, une « autolâtrie ». Il s’agit d’une disposition qui est en chacun d’entre nous une inauthenticité fondamentale issue de notre éloignement de Dieu et qui constitue à traiter le moi en réalité absolue et centrale et d’y rapporter toutes choses. L’homme ne se recevant pas de Dieu devient un « double luciférien » pour exister, il oblige le monde et les autres à tourner autour de lui.

Or notre guérison fondamentale, jusqu’à la racine même de notre être, se trouve dans l’attitude diamétralement opposée. C’est elle que le Christ vient nous apprendre ; c’est pourquoi Il est à la fois le Révélateur de notre mal essentiel et le seul qui puisse nous en guérir. En effet il nous plonge dans la dimension divine, c'est-à-dire libre de toute condition, la dimension non-conditionnée, où l’on ne dépend de plus rien ni de personne, où l’on n’attend rien de qui que ce soit, ni demande de pardon, ni réparation. Parce que le Christ m’a saisi tout entier pour me rapporter à Dieu seul, me recevant que de Lui dans une grâce surabondante, je suis un être libre, submergé de gratitude.

« Je est un autre » disait Rimbaud ; le mystère de notre véritable identité n’existe qu’en Dieu, comme le ruisseau n’existe que par la source, et ce n’est donc qu’en Dieu que nous pouvons vraiment naître à nous-mêmes, devenir « personne », découvrir notre « je » réel, au-delà de toutes limites, capable d’amour gratuit et totalement libre de toute dépendance extérieure. Cette plénitude de la liberté c’est la « créature nouvelle » à laquelle chacun est appelé. Jésus est Lui-même ce Chemin de libération. En Lui nous apprenons que la suprême grandeur, et pas seulement la guérison, c’est la totale évacuation de soi ; que la suprême valeur, c’est de ne rien posséder ; qu’exister en forme de don, c’est la caractéristique même de la divinité. Tout est là ! Rien n’est plus actuel, plus brûlant, plus passionnant, parce que là est le seul problème ! Quand nous serons libérés de nous-mêmes, tous les handicaps, les obstacles, les murs de séparation, toutes les guerres, les haines cesseront, car tous proviennent finalement de ce moi possessif. L’homme doit se faire, et il ne peut se faire que s’il rencontre en lui cet espace infini de lumière et d’amour où Dieu se respire…

Pâque serait un événement majeur de notre vie si, après ce temps de gestation, elle était le Jour de notre vraie naissance à nous-mêmes !

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

Prière

Seigneur, Tu me sondes et Tu me connais,
Tu connais l’heure de ma mort et celle de ma résurrection ;

Tu comprends de loin mes pensées,
Tu suis mes traces et Tu connais mon repos,
Tu observes tous mes sentiers.

Les mots ne sont pas encore sur ma mangue,
que déjà Tu les connais tous, les neufs et les anciens.

C’est Toi qui m’as formé
et Ta main s’est posée sur moi.

Que Ton savoir, Seigneur est admirable !
trop élevé, je n’y puis atteindre !

Où aller loin de Ton Esprit ?
Où fuir loin de Ta Face ?

Si je monte aux cieux, Tu y es !
Si je descends au séjour des morts : Te voici !

Si je prends les ailes de l’aurore,
pour aller jusqu’aux bouts des mers,

Là encore Ta main m’aura conduit,
c’est Ta droite qui m’aura saisi !

Je dirai bien : « Que les ténèbres me cachent »
« que la lumière autour de moi se fasse nuit »

Mais les ténèbres mêmes, pour Toi n’ont pas d’obscurité
Et la nuit devient lumineuse comme le jour.

Car c’est Toi qui as formé mon corps,
Tu l’as tissé dans le sein de ma mère.

Je Te bénis pour tant de puissance,
Pour le prodige de l’être humain.

Tes œuvres sont merveilleuses, Seigneur !
Mon âme se plaît à les publier !

Psaume 139, 1-14

Texte à méditer

Désormais je considère tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur. A cause de lui j’ai accepté de tout perdre, je considère tout comme déchets, afin de gagner le Christ, et d’être trouvé en Lui, n’ayant plus ma justice à moi, celle qui vient de la Loi, mais la justice par la foi au Christ, celle qui vient de Dieu et s’appuie sur la foi ; le connaître, lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans sa mort, afin de parvenir si possible à ressusciter d’entre les morts. Non que je sois déjà arrivé au but, ni déjà devenu parfait ; mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.

(Ph8, 3 à 12)

Prochaines sessions à Béthanie

http://www.centre-bethanie.org

Du 25 au 26 février : Entrée dans le Carême : Silence, semi-jeûne et manducation de la Parole pour faire table-rase et entamer la sainte quarantaine en pleine conscience.
Cliquer pour en savoir plus

Du 10 au 11 mars : L’art d’être dans l’instant présent : Exercices corporels, pratiques de la vigilance dans la conscience du souffle pour cultiver l’instant présent au quotidien avec Père Francis Dekeyser.
Cliquer pour en savoir plus

Du 24 au 25 mars : Qui suis-je ? : Voyage dans cette incontournable question au cœur de notre vie existentielle et essentielle avec le philosophe Bertrand Vergely.
Cliquer pour en savoir plus

Suivre Béthanie sur Facebook http://www.centre-bethanie.org/bethanie_facebook.htm

Suivre Béthanie sur Twitter http://twitter.com/centrebethanie

Seraphim le blog du diacre Marc http://seraphim.over-blog.com

Partager cette lettre Bookmark and Share


Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en vous connectant à l’adresse http://www.centre-bethanie.org/liste_diffusion.htm et enregistrez votre adresse e-mail.


nous contacter
envoyer la lettre à un ami
archives
télécharger la lettre en pdf télécharger la lettre en word zippé imprimer la lettre en ligne