Lettre N°95

Gorze, septembre 2012


Chers Amis,


Si la fin de l’Année liturgique trouve en ce mois de septembre toute sa profondeur dans la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix, c’est parce que, à la base de tous les combats pour la vie, il y a d’abord l’ascèse : la croix est l’unique chemin qui mène à la résurrection. Le Christ nous l’a montré et nous devons faire nôtre ce chemin. Nous n’arriverons à bout de notre égoïsme et de toutes les formes d’injustices extérieures qu’en commençant par un rude travail sur soi pour extirper l’orgueil démoniaque et son cortège de passions. Seule cette mort à nous-mêmes et au péché qui nous sépare de Dieu libère en nous et autour de nous son énergie de vie.

Si quelqu’un veut me suivre, dit le Christ, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive (Mt 16,24). « Sa » croix : il doit être clair que la croix est intimement liée à la dimension de la profondeur de chaque être humain, elle est personnelle. Mon désir conscient ou inconscient de toujours contourner la volonté de Dieu, pour ne chercher que ce qui me plait, révèle la nature de mes résistances secrètes et de mes refus orgueilleux.

Seulement celui qui prend sa croix sur lui, en d’autres mots celui qui entre dans l’acceptation libre et totale de l’inacceptable ici et maintenant peut traverser la souffrance et accéder au mystère d’une vie autre. L’important c’est : ici et maintenant, car c’est là justement que la croix devient pour moi à la fois terriblement concrète et personnelle. L’instant présent c’est la croix, le croisement de l’éternité et du temps : si je reçois des mains de Dieu cet instant quel qu’il soit avec un amour inconditionnel, mon ego est crucifié, il peut souffrir mille morts, l’enfer même, mais c’est le seul chemin qui offre alors la Joie inconditionnelle, qui ne dépend plus d’aucune circonstance extérieure. C’est cela ressusciter…

C’est dans le « oui » à la souffrance et à la mort que se trouve la vie, c’est en consentant à descendre dans le tombeau des ténèbres qu’est si souvent mon « ici et maintenant » que Dieu le transforme en chambre nuptiale, c’est en communiant totalement à ma croix qu’elle devient Joie… S’imagine-t-on le Christ prendre sa Croix sans amour, à reculons ? C’est précisément parce qu’Il a étreint la souffrance et la mort avec un amour infini qu’Il y a déposé la Lumière et la Joie que nous y trouvons ! Dieu nous a caché la joie de mourir pour que nous ayons le courage de vivre.

L’amour est plus fort que tout ce qui lui est contraire et depuis que le Christ nous a révélé cette nouvelle approche de l’existence mortifère, la mort elle-même est devenue la grande initiatrice de la vie. Avec le Christ la mort a été métamorphosée et n’a plus rien de commun avec la conception païenne à son sujet. Saint François d’Assise appelait la mort avec une infinie tendresse : Ma sœur la mort et saint Séraphin de Sarov dit à la fin de sa vie : C’est la grande allégresse qui approche ! Les saints connaissent ce que la Tradition appelle le « joyeux mourir », car, en réalité, toute leur vie a été l’apprentissage de la mort. Cette pratique de la mort incessante est la pratique même de la vie en plénitude de la résurrection dès maintenant. Qui ne vit pas avec la mort tous les jours ne vit pas du tout, dit Graf Dürckheim, ce sage de notre temps ; ne vit vraiment que celui qui sait vraiment mourir…

Il n’y a finalement pas de Joie hors de la mort. Mourir n’est une obsession macabre et désespérante que pour celui qui est encore prisonnier de lui-même et de son avoir, de son moi psychique et mondain. Mais celui qui s’exerce à la mort plonge dans son esprit qui, lui, ne peut plus mourir depuis que le Christ l’a sauvé ; le soleil a-t-il peur de la nuit ? Et Dieu le Père infiniment bon qui nous donne la mort, donnerait-Il quelque chose de mauvais à ses enfants ? Et quand ce même Père, actif en tout, transforme la chrysalide en papillon, est-ce vraiment mourir de grande mort ? Voyez la joie du papillon… La certitude de l’Amour fou de Dieu pour nous ne fait-elle pas contrepoids à toutes nos peurs et questionnements ? La confiance totale, voilà le remède à tous les maux de la vie…

Nous pouvons, à tout instant, faire jaillir de notre cœur l’être nouveau, radicalement nouveau que le Christ ressuscité a recréé dans nos profondeurs. Si nous savions comme nous sommes heureux et quelle béatitude nous habite ! Nous n’en sommes séparés que par nous-mêmes, nos propres illusions et la crainte de la mort en est une… Qu’est- elle encore au milieu d’une telle plénitude ?

Devenir cet homme nouveau ne dépend que de ma décision immédiate et ferme qui dit : « oui » et se laisse empoigner par l’immense allégresse du Christ, notre Pâque. Tout est rempli de sa Lumière, le ciel, la terre et l’enfer, y compris nos enfers quotidiens : depuis la Résurrection chaque instant est un abîme ouvert sur l’éternité où Dieu m’appelle, il faut sauter. Là est le secret : mener une vie immortelle, une vie de ressuscité, tirer notre bonheur de toutes les circonstances.

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

Prière

Le Seigneur est mon rocher,
Il est ma force,
Il est mon Sauveur.
Mon Dieu est mon soutien,
j’espérerai en Lui ;
Il est mon bouclier,
Il est l’appui de mon salut ;
c’est Lui qui me tient élevé en haut ;
Il est mon refuge ;
mon Sauveur, Vous me délivrerez de l’iniquité.
J’invoquerai le Seigneur digne de toute louange,
et Il me délivrera de mes ennemis.
Les douleurs de la mort m’ont assiégé,
les torrents de Bélial m’ont épouvanté.
Les liens de l’enfer m’ont environné,
les filets de la mort m’ont enveloppé.
J’invoquerai le Seigneur dans mon affliction,
et je crierai vers mon Dieu ;
et Il entendra ma voix de son temple,
et mes cris parviendront jusqu’à Ses oreilles.

Texte à méditer

Quand on vit dans la troisième dimension du temps, dans l’instant éternel, on n’a plus à compter avec la mort. Le Christ a fait cette révélation stupéfiante : désormais avec Lui on peut aimer la souffrance et décider librement comme Lui de mourir ; quand on regarde tout comme don de Dieu, inspiré par son amour, le malheur peut être un suprême bonheur, un commencement de vie éternelle.

(Père Sertillange)

Prochaines sessions à Béthanie

Les 20-21 octobre : Chantier de travail, dans la convivialité et la prière pour l’entretien de Béthanie. Merci pour votre aide précieuse !
Cliquer pour en savoir plus

Du 31 octobre au 4 novembre : « Prière de Jésus : Prière du cœur ». Découvrir et s’exercer à la prière du Saint Nom pour transfigurer notre quotidien.
Cliquer pour en savoir plus

Du 1er au 4 novembre : « Approche pour la création d’une icône ». Initiation au dessin et à la peinture de l’icône selon la Tradition orthodoxe. Chemin de contemplation et de persévérance au service de la beauté, lieu de rencontre entre Dieu et l’homme.

Pour en savoir plus

http://www.centre-bethanie.org/programme_ligne.htm

http://www.centre-bethanie.org/compression/bethanie_programme.pdf

 

Suivre Béthanie sur Twitter http://twitter.com/centrebethanie
Seraphim le blog du diacre Marc http://seraphim.over-blog.com
Partager cette lettre Bookmark and Share


Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en vous connectant à l’adresse http://www.centre-bethanie.org/liste_diffusion.htm et enregistrez votre adresse e-mail.


nous contacter
envoyer la lettre à un ami
archives
télécharger la lettre en pdf télécharger la lettre en word zippé imprimer la lettre en ligne